Le Journal du Gers - 20.12.2016

Lundi 19 décembre 2016 a eu lieu à Viella la première réunion du Comité de soutien à Thomas Gallay, organisé par Odile Janin, la tante de Thomas, avec le soutien de plusieurs ONG, dont celle de Sacha Doligé, Soutien sans frontières. Il y a là Jean-François Thomas, maire de Viella, Michel Petit, maire de Saint-Mont et président de la Communauté de communes Armagnac-Adour, ainsi qu’une quarantaine de personnes.

Les faits

Thomas Gallay a 35 ans. C’est un ingénieur informaticien mordu de surf. Ayant vécu longtemps à l’étranger, il s’installe à Essaouira, au Maroc, où il peut faire du surf, puisque l’entreprise grenobloise qui l’emploie accepte qu’il fasse du télétravail. Il est chrétien et ne parle pas arabe.

Le 18 février 2016, il est interpellé chez lui et mis en garde à vue 12 jours. La police l’accuse d’avoir soutenu financièrement le terrorisme parce qu’il a prêté, en plusieurs fois, 70 euros à un homme qu’il voyait de temps en temps et dont il apprend qu’il est djihadiste. Thomas lui a notamment donné de quoi se payer le dentiste.

« Tout va s’arranger ! »

On l’endort en lui disant que cela va s’arranger, vu que, chrétien et Français, il n’a évidemment rien à voir avec le djihadisme. Et on lui présente deux procès-verbaux en arabe à signer. Il signe, alors qu’il n’y a ni traduction en français, ni traducteur présent. En fait, il a signé des « aveux » selon lesquels il s’est converti à l’Islam et a soutenu financièrement le djihadisme. Il est présenté à un juge d’instruction et c’est là que son avocat lui traduit ses soi-disant aveux. Horrifié, il explique qu’il n’a jamais fait les déclarations contenues dans les faux PV et qu’il ne s’est pas converti à l’Islam. Il est emprisonné. Lors de son procès, son avocat marocain souligne que les procédés utilisés contre Thomas Gallay sont contraires au Droit marocain, à la Constitution marocaine et à la Déclaration universelle des Droits de l’homme. Rien n’y fait : il est condamné le 14 juillet 2016 à 6 ans de prison.

Des ONG à son secours

Les 3 plus grandes ONG internationales de défense des Droits de l’homme, Human Rights Watch, Amnesty International et la FIDH (Fédération Internationale des ligues des Droits Humains) ont étudié le cas de Thomas Gallay : elles ont écrit aux autorités françaises et marocaines en mettant en évidence les vices de la procédure contre Thomas : pas de réaction.

Un procès en appel devait avoir lieu ces jours-ci, s’il n’est pas reporté. On apprend, lors de la réunion du Comité de soutien, que « Maître Frank Berton, avocat au Barreau de Lille, constitué depuis septembre pour défendre Thomas, aux côtés de son avocat marocain, devant la Cour d’appel, a lui aussi écrit au ministre français des Affaires étrangères et à celui de la Justice pour leur signaler que l’un de leurs concitoyens était victime d’un procès inéquitable ». Pas de réaction.

Appel au préfet

À ce jour, cela paraît incroyable, ces autorités n’ont donc pas réagi. Pas plus que la diplomatie française et le consulat français compétent au Maroc. La mère de Thomas fait chaque semaine le voyage à Rabat, où Thomas est emprisonné – dans les conditions que l’on devine – à la prison de Salé pour voir son fils (voir ci-dessous le récit d’une visite). La famille de Thomas et les représentants du Comité de soutien vont être reçus prochainement par Pierre Ory, préfet du Gers.

Au récit de cette injustice majeure, on doit s’interroger : la France ne veut-elle pas défendre ses ressortissants ? Le Comité de soutien a lancé une pétition destinée au Premier ministre de la France (1). Un soutien financier participatif a été lancé (2). Des articles ont été publiés. Combien faudra-t-il de pétitionnaires pour que la France bouge ? Là, il n’est pas question de discours sur les Droits de l’homme, mais de pratique des Droits de l’homme : la libération de Thomas Gallay est un défi que la France doit relever. C’est son devoir et ce devrait être son honneur.

Visiter le site de soutien : http://soutien-thomas-gallay.com

(1) La pétition : https://www.change.org/p/m-bernard-cazeneuve-justice-pour-thomas-gallay On peut aussi la faire sur papier et l’envoyer.

(2) Le lien pour le financement participatif : https://www.lepotcommun.fr/pot/en31r0av

Article complet: http://lejournaldugers.fr/article/16877-viella-comite-de-soutien-a-thomas-gallay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *